Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Menu
#2 Premiers pas

#2 Premiers pas

#2 Premiers pas

Indy fait ses premiers pas dans son nouveau job pour un petit magazine gay.

J’avais mis une chemise rouge et un pantalon blanc. Seb, agissant auprès de moi comme colloc-pote-épouse-styliste, m'avait conseillé ce lin qui ne m'inspirait rien mais qui avait l'avantage d'être léger.

L’inauguration d'un bar gay était ma première mission de journaliste après avoir pris mes marques le matin même. Julien m'attendait déjà devant la porte de l’établissement, au milieu des fumeurs et mateurs du trottoir. Un signe de la main à Julien. Un signe de tête à une connaissance buvant sa bière fade. La musique résonnait à fond et la queue était disciplinée pour prendre sa pinte fraîche.

Le printemps laissait transparaître un soleil doux. Le printemps laissait transpirer doucement nos corps. Alcools, pop et hormones. Ces soirées où le Paris gay se retrouve. Ces soirées où tu rencontres au moins deux types placés dans tes favoris Grindr. Ces soirées où tu débites trois banalités et quatre sourires à des mecs que tu ne connais pas autrement que : leur pseudo, passif, métro Anvers. Et auxquels tu ne diras pas plus que : ça va, ouais super et toi, génial, sympa ce lieu.

Julien portait un blouson serré avec un sac à dos et un jean délavé. Son appareil photo permettait quelques clichés et vidéos utiles pour l'article du lendemain.

L'inauguration du Complexe était un soir important pour Sumo, surnom du patron. Exubérant. Attachant. Fêtard. Je le connaissais depuis que Seb avait travaillé quelques graphismes pour lui et il nous payait toujours un verre ou deux.

Le bar était surpeuplé et surchauffé. Julien connaissait beaucoup plus de monde que moi, au moins de vue.

C'est Twitter, je ne les connais pas réellement. T'ain lui il a morflé, ou alors sa photo de profil est vieille.

Seb arriva alors que France Gall lançait une étoile amarante, comme un papillon de nuit, la lumière l'attirant, la flamme l'éblouissant. Il était rayonnant, totalement à son aise parmi sa cour. Connu et reconnu. Un garçon dans un coin bava à son voisin que Seb avait dû coucher avec la moitié des mecs de la soirée. C'était faux. Il était en deçà de la vérité.

Je sens mon corps qui chavire.

La chaleur qui m'envahit.

Et mon désir qui me brûle.

Qui va consumer ma vie.

Comme un papillon de nuit.