Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Menu
#1 Phoenix

#1 Phoenix

#1 Phoenix

Le simple vitrage laissait passer les bruits de la rue qui se réveille. Elle s'était réveillée avant moi. Je dormais encore, lourdement. Le réveil n'avait pas sonné, saleté de téléphone pommé coûtant 800 euros mais tenant 8 heures sans charge.

Seb, mon colocataire, me lança un oreiller en plein visage. Debout feignasse. Il est 8 heures 30. Nos deux chambres se touchent dans ce petit appart en plein Paris. Nous y habitons depuis quelques années maintenant, installés lorsque je suis venu terminer ici mes études en journalisme, tout droit venu de ma province. Sébastien était déjà présent depuis un an, freelance graphiste et étudiant en même temps.

Quelques années plus tard, ce matin du milieu de printemps, Sébastien était toujours freelance. Et j'étais en retard. J'avais décroché un job mal payé mais plutôt intéressant dans un minuscule magazine gay se relançant, surtout présent sur le web. Le salaire était minable mais l'équipe m'avait paru si stimulante et pétillante que je voulais tenter l'aventure. Mon compte en banque était surtout aussi sec qu'un coup de trique et j'en avais assez des piges incertaines.

La douche fut express. Le café fut zappé. J'avais 10 minutes de marche, un luxe à Paris mais déjà trop long lorsque le rendez-vous est donné à 9 heures et que la pendule de la cuisine indique 8h53.

Les locaux du magazine sont minuscules. Un petit immeuble sur un grand boulevard et un petit étage pour nous. Il s'agit en réalité d'un appartement transformé en bureaux. Le vestibule d’entrée donne sur une cuisine qui se résume surtout à un micro-ondes, une cafetière, une table et une plante verte, essentielle dans le décor et qui souffrirait tant si je devais m'en occuper. Deux anciennes chambres accueillent les ordinateurs et les tréteaux sur lesquels ils sont posés. Une salle de bain termine le tour du propriétaire. Les toilettes se trouvent à l'intérieur et un panneau indique que pour dépasser les clichés de genre, il est conseillé de pisser assis. En réalité, c'est surtout pour éviter de tout salir, le genre a bon dos.

Ce matin là, à 9 heures, j'avais marché très vite mais j'étais dans les temps. Moite mais motivé. Fred, le rédacteur en chef, était déjà présent. Julien n'allait arriver que vers 9 heures 30, complétant l'équipe. Un grand brun, yeux marron, barbe naissante et ce je ne sais quoi qui depuis le premier jour m'attire. Cette description est pourtant si banale. Gay Français bonjour.

Que j'étais consciencieux et sage, ce premier jour. Que les temps ont changé. Le soir même, j'alliais travail et plaisir en allant inaugurer avec Julien le nouveau bar gay d'un personnage truculent que je connaissais déjà très bien.