Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Menu
#31 Imprévus à répétition

#31 Imprévus à répétition

#31 Imprévus à répétition

Une semaine classique ? Mercredi en journée

 

 

Il y a plusieurs semaines, j'avais été témoin d'un braquage d'épicerie du côté de Villiers, alors que je sortais d'une nuit torride et illégitime avec un mec rencontré à la salle de sport. J'étais resté tétanisé devant l'homme armé, qui en partant avait tiré dans les alcools et s'était enfui avec son butin à l'aide d'un complice. Ils avaient été vite retrouvés sur leur scooter par la police.

 

J'avais eu droit à l'interrogatoire, et au passage à l'hôpital pour le choc psychologique surtout.

 

Ce matin-là, en sortant d'une nuit plutôt calme et tout à fait légitime chez Gabriel, j'avais été percuté par un voleur à la tire tentant de s'enfuir après avoir arraché le sac d'une vieille dame. Ma tête avait percuté son corps et il m'avait fait valser sur le trottoir.

 

Une voiture de police était passée sur le boulevard juste après et des piétons l'avait arrêtée. De nouveau l'interrogatoire, certes succin. Et de nouveau l'hôpital, pour quelques égratignures et un hématome à la tête.

 

J'avais fait un SMS aux plus proches pour les prévenir.

 

Gabriel était descendu immédiatement, tout cela étant en bas de chez lui. Pour la seconde fois, il me retrouvait à terre et groggy. Son visage laissait paraître un étonnement sincère, mais bien caché par son empathie.

 

Mon patron avait reçu l'info de façon incrédule. Je ne travaillais pas au magazine depuis longtemps et c'était déjà la deuxième matinée d'absence pour un événement peu banal. Pas un rhume ou une panne de réveil, mais un braquage puis un accident avec un voleur.

 

Jun se préparait pour un atelier théâtre quand il reçut mon message. Il hésita à me rejoindre mais je le rassurai. Je n'avais pas besoin d'être accompagné pour quelques bleus.

 

Seb était déjà à la tâche pour assurer un succès à sa soirée à venir. C'était un tournant de sa vie pro, il s'imaginait très bien organisateur de soirées gay. Étant plutôt insomniaque quand il est angoissé, il s'était levé tôt et achevait le graphisme. A mon SMS, il eut deux idées simultanées. De l'émotion pour moi. Immédiatement suivie d'un stress à l'hypothèse que je ne puisse pas l'aider dans son organisation.

 

Quant à Julie, ma sœur, elle reprit une grosse bouchée dans son croissant, se disant que j'allais mourir d'un truc improbable un jour.