Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Menu
#26 Retour

#26 Retour

#26 Retour

J'étais dans le hall de l'aéroport avec la dizaine d'autres loustics. Nous rentrions à Paris après ces quelques jours de repos. Malgré l'épisode de la crise de Sébastien, tout s'était bien déroulé.

 

Il s'était calmé rapidement, notre amitié étant toujours plus forte qu'une histoire de cul. Le soleil apaise les mœurs. L'alcool aussi ; parfois.

 

Avec mon collègue Julien, nous étions préoccupés par les restructurations en cours dans le milieu de la presse gay. Notre web magazine n'était pas touché mais l'un de nos concurrents semblait devoir cesser ses activités. Autant de connaissances ou d'amis mis en difficulté, relançant nos propres inquiétudes. Nous savons depuis le départ que le modèle de la presse gay en ligne est fragile. Mais nous prenions en pleine face cette réalité. Notre patron n'avait pas souhaité nous alerter pour ne pas gâcher nos vacances, mais nous avions obtenu l'info par internet. Vacances non déconnectées. 

 

Le retour avait donc un goût amer mais nous étions plus combatifs que jamais. Julien prenait comme un défi cette épreuve de notre secteur et voulait que nous redoublions d'énergie pour marquer notre différence et gagner des lecteurs. 

 

J'étais également préoccupé par David. Nous avions passé de beaux moments tous les deux pendant la semaine. Seb, mon coloc, après sa crise existentielle et violente contre moi, s'était décidé à me pardonner. Pardonner quoi ? Bonne question ! En étant sans aucune honnêteté et aucun recul puisque le sujet me concerne, je considère que j'étais celui devant pardonner. David avait été une petite occupation de vacances mais je m'étais attaché plus que de raison. Il avait passé les derniers jours avec nous, ramenant ses amis et transformant la maison en Sitges bis. 

 

Notre avion fut annoncé. Les aéroports me donnent mal au ventre, et les avions encore davantage. La fin d'année serait à Paris, avec les amis et Gabriel -mon boyfriend officiel- mais sans David -l'illégitime intérimaire-. A moins que ?

 

David arriva par surprise par derrière et déposa un baiser sur ma joue. « Fais un bon vol, Indy ».