Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Menu
#23 David

#23 David

#23 David

Nos échanges dans le bar avec le bel inconnu nous avaient éclairés sur de nombreux aspects. Et il n'était plus si inconnu, après quelques verres, quelques regards, et un album de Donna Summer. Le patron du vieux café n'avait qu'une chaîne Hi-Fi et des disques dont les seuls non poussiéreux étaient sans doute les plus diffusés. 

 

L'inconnu s'appelait David, et avec ses amis il était présent pour quelques jours de repos. La glace avait vite été brisée car il nous avait clairement annoncé être gay. Même les glaçons de notre drink n'avaient pas fondu aussi vite. Sans détour. Sans fioritures. Il faut bien admettre de que notre côté, la sexualité majoritaire de notre groupe faisait peu de doutes. Les trois potes ramenés par Sébastien donnaient dans le cliché ce soir là. Le genre de mecs avec lesquels j'adore sortir m'amuser, mais pas coucher. Sébastien lui-même portait un débardeur flashy très échancré et un jean déchiré. J'étais plus sobre mais mon t-shirt affichait "boys" en lettres dorées. 

 

David arrivait tout droit des US et il semblait remplir sa vie à tellement d'occupations que cela en était suspect. Non content de voyager plusieurs semaines au soleil entre l'Italie, le Maroc et le Portugal, il était aussi youtuber, coach sportif, graphiste à ses heures perdues, investisseur dans quelques biens immobiliers en profitant de la reprise de la bulle aux Etats-Unis. Sébastien saisis au bond l'aubaine d'être lui-aussi graphiste pour assurer un rentre dedans qu'il espérait voir devenir un va-et-vient. 

 

Sa parade était réjouissante à regarder. Je m'en délectais d'autant plus que David ne prêtait pas beaucoup d'attention à Sébastien, tout juste était-il poli. Je voyais bien en revanche les regards appuyés qu'il me lançait mais Seb était trop habitué à la réussite et ne pouvait pas même imaginer que le bel américain ne soit pas pour lui.

 

Cocktails sur cocktails la soirée devenait torride. Il faisait une chaleur étouffante dans le bar et l'alcool était montée dans les corps de tout le monde. David avait retiré ton tshirt, ma sœur et ses amies beuglaient sur Whitney Houston avec d'autres américaines, le gérant du bar comptait ses billets avec délectation. David était divinement gaulé. Je n'étais pas plus frais que lui et les contacts visuels devenaient de plus en plus intenses. Ce sont surtout nos lèvres et nos corps qui voulaient entrer en contact.