Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Les aventures d'Indy, gay à Paris - Indy sans Jones

Menu
#12 obligation de réalité

#12 obligation de réalité

#12 obligation de réalité

Le portable faisait office de réveil avec sa sonnerie stridente. Ma main était sur son torse imberbe. Daniel et moi avions passé la soirée ensemble dans un bar à grignoter une planche mixte bien trop onéreuse pour ce qu'elle contenait. Le petit mal de gorge de ce matin là était dû à un vent frais qui avait parcouru la terrasse toute la soirée, posés dehors pour qu’il puisse fumer et que je puisse regarder son visage se dessiner au gré des lampadaires parisiens.

Après quelques verres nous avons été chez lui et je me suis endormi dans ses bras après avoir fait l’amour. Nos corps avaient fusionné dans la fraîcheur de sa chambre. Je n’aurai peut-être pas dû rester dormir mais désormais, le soleil était levé et c’était fait. Je n'aurais surtout pas dû accepter d'aller chez lui. Ni accepter qu'il m'embrasse avant. Ni me laisser entraîner dans un quatrième verre.

Quelle utilité à réécrire les histoires ?

Nous n’avions pas grand chose en commun mais il était à mon goût. L'alcool m'avait aussi aidé à succomber. Après trois verres, les hommes sont plus beaux. Vérité intangible. L'été réveille également les hormones.

J'aurais aimé un petit déjeuner romantique, à base de jus d'orange frais et de viennoiseries très françaises. Il aurait pressé ses agrumes en boxer Calvin Klein gris, lui dessinant des attributs généreux et bien proportionnés par rapport à ses muscles dessinés – n'oublions pas que la rencontre fut à la salle de sport.

Mais non. Obligation de réalité.

Le travail m’appelait et il était grand temps que je m’y remette. Fred, mon patron, avait concocté pour moi un joli petit programme. En plein été, la presse vit toujours, mais au ralenti. La mise à jour du site m’attendait et très certainement une nouvelle rencontre sur le terrain.

Ma langue sur celle de Daniel. Sa main dans mon dos. Un signe de la main pour lui dire à bientôt et la porte qui se ferme dans mon dos.

Le boulevard animé m’avalait. Au coin d’une rue, je suis rentré dans un supermarché pour acheter une petite bouteille d’eau. Un homme jouant à Pokémon faillit me percuter. Sébastien m'agaçait déjà avec ce jeu, nul besoin qu'un autre addict vienne à ma rencontre par inadvertance.

Au moment de passer en caisse, ma petite bouteille d'eau minérale en main, l’esprit encore avec Daniel et ma morale perturbée par le fait que je débutais une relation avec Gabriel en parallèle, un homme pénétra dans le magasin.

J’avoue qu’il me fallut quelques secondes pour comprendre que l’homme au bonnet braquait le supermarché. Mais pourquoi diable les histoires du genre m’arrivent-elle toujours ?